Les Nuits de Robinson : « Tout bascule »